la flûte enchantée commentaire

Publié le par Tom

L' Opéra composé par W.A. Mozart à la fin de sa vie est une oeuvre initiatique riche de symboles et d'idéaux La première représentation eut lieu à Vienne en septembre 1791. Alors que le jeune compositeur, âgé de 35 ans est très malade, il redécouvre ce 30 septembre la gloire avec cette « Flûte enchantée » hors de l'espace et du temps...

Tout d'abord cette mise en abyme est un hommage au grand compositeur qu'était Mozart. Son point fort est la musique et, dès le début Maria CALLAS nous transporte avec sa « Flûte enchantée », elle nous envoûte jusqu'au bout avec ses performances vocales.

Au premier plan on y trouve écrites quelques lignes sur le parcours de ce grand homme, son époque. Puis le portrait de Mozart apparaît à l' écran, celui-ci est flou, les photos se superposent lentement pour nous signifier que Mozart n'est plus là mais qu'il est toujours présent parmi nous par son talent et son génie. Ensuite une flûte apparaît près des portraits de Mozart et comme si celle-ci était enchantée, des notes de musique naissent sur l'écran comme par magie, toute l'ceuvre de Mozart résonne alors à nos oreilles, et les vocalises de Maria Callas y sont époustouflantes. A travers ce passage, c'est toute la fantaisie, l'extravagance, l'originalité et la magie de « La flûte enchantée » qui est illustrée par cette mise en abyme. Ces notes de musique qui « dansent » sur l'écran renforcent le côté lyrique et donnent de la profondeur à cette présentation. De plus, le compositeur a le regard porté sur sa partition comme si son âme ressurgissait 250 ans après sa mort, et prenait alors conscience de la portée de son oeuvre qui a inspiré un grand nombre d'artistes dans le monde entier.

Cette mise en abyme suggère une invitation à la musique classique en général. Elle souligne le côté puissant, grandiose et magique de l'opéra de Mozart « la flûte enchantée" .

Commenter cet article